Volume
Valenciennes et son canton

Les Goldmen en concert à Anzin, ce vendredi 2 février : « Une récompense d’un travail musical de longue haleine »

Le 01/02/2024 - 3490 vues

Par Nathan Bigué

Depuis 2010, Alain Stevez et sa troupe font revivre les chansons de Jean-Jacques Goldman sur scène. Ils seront à la Cité des Congrès d’Anzin, ce vendredi (20h30). Un retour aux racines, dans le Valenciennois, où est né le projet. 

Il est de retour, là où tout a commencé. Alain Stevez, sosie vocal de Jean-Jacques Goldman, aura l'occasion, une nouvelle fois, de rencontrer son public local du Valenciennois, ce vendredi. Fort de son succès depuis près de 14 ans, le groupe des Golden, et notamment son chanteur, a encore conservé quelques “scoops” dans sa besace. Entretien avec Alain Stevez !

 

« Votre groupe existe depuis 2010. Quel souvenir gardez-vous de sa création ?

En octobre, ça fera 14 ans qu’un pote m’a dit : “tu devrais chanter du Goldman”. Au départ, je me suis dit qu’il y avait du monde sur la touche, car Jean-Jacques Goldman, c’est quand même quelqu’un de très célèbre. Mais tout de suite, j’ai su qu’il fallait monter l’affaire. À l’époque, on était chez Pierre-Henry, qui avait Angel Music à Valenciennes. Tout est né là-bas. 

 

Valenciennes était donc le point d’ancrage…

Exactement. Chez Angel Music, au 1 Quai des Mines à Valenciennes (Il rigole). C’est là qu’on a eu l’idée de faire ça. Nous, on était des musiciens venant du bal et du café concert. On était aguerri, habitué à jouer des chansons. Il fallait maintenant concentré ça sur le répertoire de Goldman, qui est faussement simple. C’est vrai que c’est facile à entendre et écouter, mais ce n’est pas facile à jouer. De concert en concert, on a évolué.

 

Avoir la même voix que Jean-Jacques Goldman, est-ce un talent ? Si oui, faut-il le travailler ? 

J’ai déjà un don on va dire, car j'ai une voix aiguë. Derrière ça, j’ai changé ma façon de chanter. C’est un placement d’air différent, qui fait résonner les aigus différemment. Et ça ressemblerait à la voix de Jean-Jacques (Goldman) : c’est ce qu’on dit !

 

« Peu importe le nombre de personnes, on joue et on adore ça »

 

Votre groupe, né dans le Valenciennois, a réussi à faire sa place. À quel moment avez-vous senti ce succès ? 

Très vite. Dès la première année, quand on a balancé des vidéos, on a intéressé la France, la Suisse et la Belgique. Puis en 2017, on a rencontré Philippe Tassart, de Ginger productions. Lui, il avait les clés pour nous ouvrir les clés des zéniths et des grandes salles en France. Avant, on était acheté par des mairies, des associations et des centres culturels. On ne prenait aucun risque. Mais ç’a toujours été rempli ! Le succès a été très vite présent. 

 

Vous êtes donc à Anzin, ce vendredi 2 février (20h30). Qu’est-ce que ça change de se représenter devant un public local et moins nombreux qu’un zénith ? 

On n’a pas la prétention de remplir les zéniths, car on fait des jauges à 2 000 ou 3 000 personnes. Pourtant, on joue encore dans des théâtres ou centres culturels. Tant qu’on a un noyau dynamique - c’est toujours le cas -, on envoie et les gens reçoivent. Il se passe des émotions. Donc, peu importe le nombre de personnes, on joue et on adore ça. 

 

Ça reste particulier de se représenter à Anzin, là où vous avez fait vos classes… 

Oui. Ça fait toujours plaisir de jouer dans le Valenciennois, parce que l’idée est tombée en 2010 à Valenciennes. C’est historique pour nous. J’ai joué pas mal de fois à Valenciennes, lors de cafés-concerts. On fait aussi le zénith de Lille, le stade couvert de Liévin. Revenir jouer, c’est une sorte de récompense. En tout cas, je le vois comme une récompense d’un travail musical de longue haleine, parce que je fais de la musique depuis belle lurette. 

 

« On était mauvais, vraiment très mauvais ! »

 

Par quoi avez-vous commencé ?  

On me le demande rarement, ce sera donc un scoop (rires) ! J’ai commencé à 16 ans , j'avais un petit groupe qui s’appelait « L’indifférent ». On jouait dans la maison des jeunes de Leforest, dans le Pas-de-Calais. On a ensuite intégré un groupe qui s’appelait « Galactica ». On a fait deux-trois bals. Mais on était mauvais, vraiment très mauvais ! 

Ensuite, je suis allé bosser sept ans dans le bâtiment, quand même. Et je suis revenu à mes amours, avec la musique. Puis, j’ai intégré un orchestre. En parallèle, j’ai fait pas mal de bals, des thés dansants, des spectacles pour enfants, etc. Jusqu’en 2010, où tout a changé. 

 

En quelques mots, que voulez-vous dire au public qui hésite encore à venir ce vendredi ? 

Venez faire la fête, tout simplement. Venez vivre des émotions. Vous allez pleurer, rire, danser le zouk, écouter de la musique, regarder un jeu de lumière impressionnant… Allez, venez ! »

 

Photo d'illustration : La Page Photo Doline, via Facebook @Goldmen



Son(s) attaché(s) à cet article

Alain Stevez, sosie vocal de Jean-Jacques Goldman, au micro de Nathan Bigué pour CN'O :


Autres actualités pour c Valenciennes et son canton :

À quelques jours du salon de l’agriculture, une action coup de poing des Jeunes Agriculteurs de Valenciennes au Supeco d’Onnaing

Le 20 Février 2024

Après un arrivage de viandes étrangères, dont les clients ont été informés, les Jeunes Agriculteurs de Valenciennes ont déversé du fumier sur le parking. Une action coup de poing, à quelques jours du salon de l’agriculture.

CNO

La Saint-Valentin, l’un des « temps forts » de l’année pour les fleuristes

Le 14 Février 2024

La Saint-Valentin est souvent synonyme de bonnes affaires pour le commerçants et d'autant plus pour les fleuristes. Cette période leur permet de faire le plein de clients, notamment avec une fleur en tête d'affiche : la rose. 

CNO

Hockey sur glace (D1) : défaits en prolongation, les Diables Rouges de Valenciennes ont fait le show

Le 03 Février 2024

Tenaces jusqu’au bout ce samedi, les Diables Rouges de Valenciennes ont emmené les Drakkars de Caen, leaders du championnat de D1, jusqu’en prolongation. Malgré cette belle bataille, les Valenciennois se sont inclinés, devant plus de 800 spectateurs en feu. (Photo Doriane Michalak)

CNO

Valenciennes : mobilisés devant la sous-préfecture, les centres sociaux veulent retrouver le sens de leur travail

Le 31 Janvier 2024

Plus de 200 personnes se sont mobilisées devant la sous-préfecture de Valenciennes, ce mercredi, lors d’une mobilisation à l’échelle nationale. Les responsables et animateurs de centres sociaux craignent de ne plus pouvoir mettre en place leurs actions d’aide à la population.

CNO

À Famars, un refus d’obtempérer contraint un policier à faire usage de son arme

Le 30 Janvier 2024

À la suite d’un cambriolage, deux individus ont refusé d’obtempérer à un contrôle de police. La course poursuite a pris fin à hauteur de Famars, où un fonctionnaire de police a dû faire usage de son arme. L’individu a été touché au bras et dans le bas du ventre. 

CNO

L’opposition “Valenciennes verte et solidaire” promet une année de proposition pour 2024

Le 29 Janvier 2024

Pour ses vœux, l’opposition “Valenciennes verte et solidaire” réaffirme ses ambitions et assure vouloir agir. L’année 2024 pourrait donc être mouvementée à Valenciennes.

CNO

Futsal (R1). Petite-Forêt décroche un précieux succès dans sa quête au maintien

Le 28 Janvier 2024

Tombeurs de La Bassée, les joueurs du Petite-Forêt Futsal ont obtenu leur première victoire de l’année civile. De quoi rester dans le bon wagon pour le maintien en R1, même si la route est encore longue.

CNO

Un homme condamné pour des violences sur plusieurs membres de sa famille

Le 22 Janvier 2024

Un homme a été condamné le 16 janvier dernier pour avoir eu un comportement violent envers sa femme et deux de ses trois enfants. Il s’agit d’un récidiviste.

CNO

Collecte des déchets : des premières discussions « en bonne voie » entre les syndicats et la direction du groupe Nicollin

Le 10 Janvier 2024

La semaine dernière, près de 20 % des agents de collecte des déchets interpellaient la direction du groupe Nicollin, qui a pris la suite de Suez au 1er janvier 2024. Ce mercredi, les syndicats ont été reçus. Les discussions avancent, avant un point collectif ce jeudi.

CNO

À la médiathèque Simone Veil, l’exposition de Nablezon pour découvrir Valenciennes autrement

Le 08 Janvier 2024

Depuis le mardi 2 janvier, plusieurs clichés du photographe Nablezon représentent la ville de Valenciennes sous divers angles à la médiathèque Simone Veil. Une façon originale de mettre en valeur le patrimoine valenciennois.

CNO